Un risque de nouvelle vague estivale de Covid-19 liée au variant « Flirt » ?

Selon les experts en santé publique, une potentielle nouvelle vague estivale de Covid-19 liée au variant « Flirt » suscite des inquiétudes. Ce variant, plus contagieux, pourrait compromettre les progrès réalisés dans la lutte contre la pandémie. Décryptage.

Le variant Flirt : un risque de nouvelle vague estivale de Covid-19 ?

Le variant « Flirt » : Une nouvelle menace pour l’été 2024 ?

Le Covid-19 continue de circuler en France, alimenté par plusieurs variants, dont le nouveau variant surnommé « Flirt ». Ce variant gagne rapidement du terrain en Europe, avec des indicateurs épidémiologiques en hausse selon le dernier bulletin de Santé publique France. Alors que l’épidémie semblait sous contrôle après une période de faible activité, cette souche pourrait remettre en question la quiétude des prochains mois estivaux.

L’augmentation des indicateurs épidémiologiques

Entre le 17 et le 23 juin, les actes réalisés par SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 ont augmenté de 2023 à 2784 (+38%), et les passages aux urgences ont atteint 2034 (+40%). Les hospitalisations, quant à elles, ont grimpé de 543 à 770 (+42%), avec une majorité de patients âgés de plus de 65 ans. Cette montée en flèche des cas indique une circulation accrue du virus, menée en partie par le variant « Flirt ». Un nouveau variant après le variant KP2.

Un échappement immunitaire inquiétant

L’épidémiologiste Antoine Flahault pointe un « déclin immunitaire » et un « échappement immunitaire » des nouveaux variants comme principales causes de cette reprise épidémique. Ces mutations, appartenant à la lignée Omicron JN.1, ne semblent pas engendrer de nouvelles spécificités cliniques mais continuent de provoquer des symptômes classiques du syndrome grippal, tels que l’essoufflement.

À LIRE ÉGALEMENT  L'équipe de France entame sa préparation pour les Jeux Olympiques 2024 en dominant largement la Turquie

La réponse des autorités sanitaires

Face à ces menaces, les autorités sanitaires ont lancé une nouvelle campagne de vaccination pour les populations fragiles dès le 15 avril. Les gestes barrières restent également encouragés. Cependant, la vigilance des Français semble s’éroder, avec un faible taux de dépistage et une baisse de la perception du risque, même chez les populations vulnérables.

Tableau comparatif du risque

Indicateur Avant la montée Après la montée
Suspicion de Covid-19 (SOS Médecins) 2023 cas 2784 cas
Passages aux urgences 1450 cas 2034 cas
Hospitalisations 543 cas 770 cas
Populations de plus de 65 ans hospitalisées 603 patients
Campagne de vaccination Non lancée Lancée le 15 avril

Comportements des Français face à la montée des cas

  • 61% se sentent moins préoccupés par le virus.
  • Plus d’un Français sur deux juge inutile de se faire dépister à l’apparition de symptômes.
  • 71% des Français pensent qu’ils ont peu de chance d’être hospitalisés.
  • 16% des personnes portent un masque en présence de personnes à risque.
  • 77% préfèrent attendre l’évolution des symptômes plutôt que de consulter un médecin ou d’effectuer un test de dépistage.

L’évolution de la pandémie reste incertaine et la prudence demeure de mise. Malgré la lassitude générale, il est crucial de continuer à se protéger et à protéger les plus vulnérables pour éviter une nouvelle vague estivale catastrophique.

Contact | Mentions légales | Cookies | Plan du site | Sitemap